Les cinq meilleurs moments des WSOP

Accueil » Les cinq meilleurs moments des WSOP

Les cinq meilleurs moments des World Series of Poker

Parmi les jeux d’argent les plus populaires, on compte bien évidemment le poker. Si cela est le cas, c’est parce qu’en plus du côté hasard, il y a également une grande part dédiée à la stratégie ! Si vous êtes assez bluffeur, vous pouvez remporter une main avec un rien !

De ce fait, afin de célébrer la popularité de ce jeu unique en son genre, un véritable festival est né en 1970, à l’initiative de Benny Binion : les World Series of Poker, ou WSOP ! À l’époque, l’événement se déroulait sous la forme d’un tournoi entre sept des plus grands joueurs, invités par Binion, et le vainqueur était désigné à la suite d’un vote à bulletin secret.

C’est seulement deux années plus tard, en 1972, que son format le plus populaire, le Main Event, voit le jour. Et en 50 ans d’existence, il s’est bien évidemment passé énormément de choses durant ces tournois massifs où des sommes colossales sont à la clé pour le vainqueur !

C’est pour cela que sur blogcasino.fr, on s’est dit qu’on allait vous répertorier les cinq meilleurs moments des WSOP. Ainsi, vous pourrez découvrir ou redécouvrir quelques-uns de ces moments d’anthologie qui ont fait la légende du festival de poker le plus connu au monde !

Chris Moneymaker, l’amateur devenu légende

En 2003, une nouvelle page de l’histoire des WSOP va s’écrire. En effet, c’est cette année que Chris Moneymaker, comptable originaire du Tennessee, se qualifie pour le Main Event des World Series of Poker, grâce à sa victoire lors d’un tournoi en ligne. À noter qu’il s’agissait de sa première participation à un tournoi online et qu’il a même tenté durant celui-ci de perdre intentionnellement afin de remporter les 8 000 dollars promis à la troisième place !

Et l’histoire ne va pas s’arrêter là, puisque grâce à une stratégie finement jouée, celui qui était âgé de 27 ans à l’époque va déjouer tous les pronostics pour finalement s’imposer ! Au fil des jours, Chris parvient à éliminer plusieurs gros poissons, comme Johnny Chan, Humberto Brenes, Phil Ivey ou encore Sam Farha sur la table finale ! Il devient à cette occasion le tout premier joueur à remporter le Main Event des WSOP après une qualification sur un tournoi en ligne. Ainsi, des 86 dollars déboursés pour se qualifier, Moneymaker les a transformés en 2,5 millions de dollars !

Une performance qui est restée dans l’histoire et qui portera à jamais le nom de Moneymaker Effect, suite au regain de popularité du poker suite à cette performance.

Chris Moneymaker a été le premier amateur à remporter les WSOP

Johnny Moss, le premier vainqueur

On l’a vu dans l’introduction, les tout premiers WSOP, organisés en 1970, sont une exception dans l’histoire de l’événement. En effet, le format actuel en freezeout n’avait pas encore été adopté. Au lieu de cela, les sept joueurs conviés par Jack Binion, directeur du Horseshoe Casino, se sont engagés dans un cash game dont la durée a été déterminée à l’avance.

À la fin de cette partie, le gagnant a été désigné via un vote à bulletin secret. Cela a amené à une situation pour le moins cocasse. En effet, lors du vote, les dix joueurs ont été invités à voter pour celui qu’ils considèrent comme le meilleur joueur. Sans surprise, ils ont tous voté pour eux-mêmes. Un second tour a alors été improvisé, où cette fois, les joueurs devaient voter pour le deuxième meilleur joueur. Johnny Moss est sorti vainqueur de ce vote, et un trophée en argent lui a été remis.

Il a également remporté l’édition suivante en 1971, qui cette fois-ci avait choisi d’organiser le tournoi sous la forme d’un freezeout, faisant ainsi de lui le premier vainqueur en back-to-back.

Johnny Moss a remporté les deux premières éditions des WSOP

Annette Obrestad, plus jeune vainqueur d’un Main Event

En 2007, les World Series of Poker s’étendent à l’international en débarquant sur le Vieux Continent. La première édition des WSOP Europe se déroule à Londres, sous la forme de trois événements, dont le fameux Main Event, qui a un cash prize d’un million de livres sterling.

Et dès sa première édition, plusieurs records vont être établis. En effet, le premier gagnant du Main Event des WSOPE est en fait… une gagnante ! La Norvégienne Annette Obrestad devient la plus jeune joueuse à remporter un bracelet, à l’âge de 18 ans ! S’il sera compliqué à battre en Europe, il sera cependant tout simplement impossible à battre aux États-Unis ! En effet, l’âge légal pour s’adonner au poker au pays de l’Oncle Sam est de 21 ans.

La jeune femme bat également le record de gains par une joueuse lors d’un événement unique, établi précédemment par la professionnelle du poker Annie Duke, qui avait remporté 2 millions de dollars au Tournoi des champions 2004.

La Norvégienne a épaté tous ses adversaires lors des WSOP Europe en 2007

« They don’t even know how to spell poker »

Si le poker a tant gagné en popularité, c’est notamment grâce à des personnalités fortes, qui aiment faire le show durant les tournois. Et c’est notamment le cas de Phil Hellmuth. L’Américain est considéré comme un des plus grands joueurs de tous les temps et est connu pour ne pas avoir sa langue dans sa poche ! Il est vainqueur du Main Event de 1989 et est depuis 2007, membre du Poker Hall of Fame.

Un moment dans sa carrière reste un des plus mémorables. Nous sommes en plein cœur de l’édition 2008 du Main Event des WSOP. Notre cher Phil se retrouve avec une paire de 8, face au jeune Adam Levy et son combo Dame-10. Le flop est clairement en faveur de Levy, qui est en bonne position pour obtenir une quinte. Au turn, un 8 sort et ça confirme la position du jeune joueur qui n’hésite pas à raise alors que Phil, qui avec son brelan n’est pas totalement hors du coup, avait décidé de check mais a dû se résoudre à suivre son adversaire.

La river enterre définitivement les espoirs de Hellmuth, qui tente le tout pour le tout en misant en espérant que l’inexpérience de son jeune adversaire le force à se coucher. Mais il n’en est rien et Levy raise la mise, au plus grand désarroi de Phil, qui suit en sachant pertinemment qu’il a perdu. Après cette main, l’Américain est parti dans un monologue dont lui seul a le secret s’en prenant à son adversaire à qui il balance : « Il ne sait même pas comment écrire poker ! »

Revivez ce moment d’anthologie grâce à la vidéo ci-dessous :

Stu Ungar, le Comeback Kid

Le poker est parfois fait d’histoire de rédemption, et ce n’est pas Stu Ungar, un des plus grands de la discipline, qui dira le contraire. En 1997, Ungar était très endetté et avait d’énormes problèmes d’addiction à la drogue, notamment la cocaïne. Alors qu’on n’attendait plus grand-chose du double vainqueur des WSOP, il parvient in-extremis à s’inscrire pour le Main Event de cette année-là, grâce à son ami Billy Baxter. Stu a été la dernière personne ajoutée au tableau, quelques secondes seulement avant la fermeture des inscriptions.

Dès le premier jour, Ungar apparaissait épuisé, notamment parce qu’il aurait passé ses derniers jours à essayer de réunir suffisamment d’argent pour participer à l’événement. Durant cette première journée, Ungar commençait même à s’endormir à sa table et pensait ne pas pouvoir y arriver. Après les encouragements de ses proches, Ungar s’est installé et a réussi à passer la journée.

Ungar a gardé une photo de sa fille Stefanie dans son portefeuille, et il l’appelait régulièrement pour l’informer de ses progrès. Après une première journée compliquée, les journées suivantes se sont mieux déroulées. Semblant désormais bien reposé et mentalement affûté, il est parvenu à accumuler une grande avance en jetons et l’a conservée jusqu’à la table finale.

Contre toute attente, Stu Ungar a remporté le troisième Main Event de sa carrière, rejoignant Johnny Moss comme seul triple vainqueur. À la télévision, Ungar a immédiatement dédié sa victoire à sa fille, qui a été son moteur durant le tournoi. Suite à cet exploit, Ungar a été surnommé « The Comeback Kid ». Malheureusement, les démons de Stu Ungar l’ont vite rattrapé et il meurt l’année suivante d’un arrêt cardiaque, à l’âge de 45 ans. Une condition qui a été aggravée notamment à la suite de ses problèmes d’addictions.

Nouveaux Casinos
4,5 rating
Récupérez 500€ de bonus + 20 free spins à l'inscription
4,0 rating
Récupérez 500€ de bonus + 100 free spins à l'inscription
4,3 rating
Récupérez 500€ de bonus + 200 free spins ou choisissez un autre bonus parmi les 7 proposés sur 7Signs.
4,3 rating
Récupérez jusqu'à 1000€ de bonus + 50 free spins à l'inscription
4,8 rating
Récupérez 500€ de bonus + 50 free spins à l'inscription